Aujourd’hui, le périmètre desservi par le Canal de Cabedan-Neuf est de près de 935 ha et s’étend sur 4 communes. Il est composé de :

  • 435 ha irrigables gravitairement, soit 46 % du périmètre total
  • 277 ha irrigables sous pression, soit 30 % du périmètre total
  • 182 ha irrigables sous basse pression, soit 20 % du périmètre total
  • 41 ha irrigables par pompage, soit 4 % du périmètre total

L’association syndicale du Canal de Cabedan-Neuf est composée d’environ 1 320 membres.

Si lors de la constitution de l’Association syndicale, l’intégralité des membres étaient des agriculteurs, aujourd’hui ils ne sont plus que 10%. Cependant, ils restent les plus importants propriétaires fonciers (55% des surfaces), les plus gros consommateurs et contributeurs aux financements du syndicat.

La concession du canal de Cabedan-neuf sur la Durance est de 2 m3/s. Il apparaît que depuis 1821, ce droit d’eau est commun avec l’ex-association du Plan Oriental (qui a fusionné avec le Canal Saint Julien), qui récupérait le fuyant du Moulin de Bel Air, en rive droite du Coulon. Il apparaît en conséquence que le canal de Cabedan-neuf est prioritaire sur la ressource en cas de pénurie.

Sur ces 2 m3/s, la répartition entre les deux structures se fait aujourd’hui de la façon suivante : 12/20ème pour le Cabedan-Neuf soit 1200l/s et 8/20ème pour le Canal du Plan Oriental soit 800l/s. Cette répartition n’est pas officielle mais elle est basée uniquement sur un usage constaté.

A l’issue des aménagements de la Durance par EDF, le droit d’eau du canal de Cabedan-neuf est saisonnalisé. Le débit maximum pouvant être prélevé par le Canal de Cabedan-Neuf est plafonné par sa dotation et par le débit naturel de la Durance. Le volume annuel que cela représente est 32,8 millions de m3 par an.

Le réseau du canal de Cabedan-neuf part de la commune de Cheval Blanc depuis l’entrée des gorges du Régalon (filiole de la Montagne) et se compose de près de 105 filioles, jusqu’au départ de la dernière quelques mètres en amont de la grande roue du Moulin des Taillades. Ces ruisseaux comme on les appelle sur le périmètre sont restés pour la plus grande partie en terre (environ 80 % du linéaire). L’autre partie a été soit cuvelée, soit mise en basse pression (canalisation enterrée, mais sans station de pompage).

Les eaux de colature d’une grande part de ces filioles rejoint la filiole dite de « ceinture » qui via un siphon sous le Coulon renforce l’alimentation du canal des Fugueyrolles aujourd’hui fusionnée avec l’ASA du canal Saint-Julien.

La dernière filiole, dite de Cabedan-neuf sert également à alimenter l’ancien canal de Plan Oriental, aujourd’hui fusionné avec le canal Saint Julien, qui prenait les eaux du fuyant du Moulin de Bel Air et qui est aujourd’hui alimenté directement, à la demande, par le canal de Cabedan-neuf.

Tout ce réseau gravitaire fortement interconnecté quadrille la plaine comprise entre le canal Mixte et pour une grande partie le canal des sables qui fait partie du canal Saint julien. Il contribue de façon globale à la collecte, l’évacuation des eaux pluviales, ainsi qu’au ressuyage des sols.

Ce réseau présente cependant  deux particularités qui ont de gros impacts sur le fonctionnement du réseau et sa régulation :

Il n’y a pas de canal maître : le tracé du canal principal a été repris et élargi pour faire passer les eaux d’autres canaux, pour devenir ensuite le canal Mixte. Seules subsistent les prises sur le canal Mixte qui desservent les filioles qui constituent aujourd’hui le réseau géré par l’association.

Une partie des filioles sont gérées par le syndicat (16 filioles dites syndicales) et l’autre partie est gérée par des propriétaires privés (89 prives dites privées) sur lesquelles l’association n’a pas vocation à intervenir

Ainsi, contrairement aux autres canaux de Vaucluse, le canal ne dispose pas d’une prise principale sur laquelle il pourrait faire des efforts de régulation de ses prélèvements. Il ne peut agir que sur les 16 filioles syndicales dont il a la gestion. Il n’a aucune marge de manœuvre sur les 89 filioles privées qui peuvent être ouvertes ou fermées quand les propriétaires le souhaitent. En conséquence, les capacités de contrôle et de maîtrise des prélèvements du canal de Cabedan-neuf sont limitées, alors que la règlementation et les gestionnaires régionaux des ressources en eau imposent un suivi et une connaissance fine des prélèvements d’eau sur le périmètre syndical.

Entretien du réseau

Le réseau syndical, bien qu’ancien et à réhabiliter par endroits fonctionne globalement correctement.

Depuis maintenant une quinzaine d’années, l’état général de la partie du réseau non syndical de l’association du Canal de Cabedan-Neuf se détériore. Le syndicat est confronté à un déficit d’entretien grandissant des propriétaires du réseau qui ont en charge le maintien en état des filioles et prises non syndicales.

Sur cette partie du réseau où l’entretien et la gestion ne sont pas à la charge du syndicat, il est difficile de connaître l’état précis des filioles. Le conducteur de travaux du Cabedan Neuf n’a pas vocation ni autorisation à effectuer ce suivi. Cependant on constate que certaines prises d’eau particulières sont détériorées et ne se ferment plus correctement laissant passer de l’eau en permanence dès que le Canal Mixte est en eau.

En outre, les coupes de la végétation et le curage des filioles non syndicales ne sont le plus souvent pas réalisés ce qui entraîne des problèmes d’écoulement de l’eau et des débordements.

Le réseau pression du canal de Cabedan-neuf permet de desservir près de 267 ha, via 3 stations de pompages, de l’amont à l’aval :

Quelques chiffres clés

1982

Année de mise en service

55 ha

Périmètre desservi

120 l/s

soit 2×30 l/s + 1×60 l/s

Capacité de la Station

Cheval Blanc

Commune desservie

Canal de l’Union LSV

Prise d’eau

Débitmètre électromagnétique

Appareil de mesure des volumes

Elle irrigue 55 ha de la plaine de la Durance grâce à 3 km de réseau en PVC de diamètre allant de 300 mm à 150 mm.

Cette station a été rénovée en 2007. Les travaux ont permis :

  • de créer un local pour les pompes
  • de réhabiliter l’armoire électrique, et installer des variateurs de puissance pour chaque pompe
  • de renouveler les pompes à l’identique
  • de sécuriser le site par une clôture

Depuis l'hiver 2019-2020, elle est dotée d'un système de télésurveillance qui permet aux agents de l'ASCO de se connecter directement à la station. Les informations sont transmises instantanément en cas de problème à l'agent d'astreinte.

Quelques chiffres clés

1991

Année de mise en service

53 ha

Périmètre desservi

150 l/s

soit 3x40 l/s + 2x28 l/s

Capacité de la Station

Cheval Blanc et Cavaillon

Commune desservie

Canal de l’Union LSV

Prise d’eau

Débitmètre électromagnétique

Appareil de mesure des volumes

Cette station a été rénovée en 2019. Les travaux ont permis de :

  • Renouveler l’armoire électrique, et installer des variateurs de puissance pour chaque pompe
  • Renouveler les pompes à l’identique
  • Renouveler le débitmètre électromagnétique, la ventouse et une vanne de sectionnement
  • Remplacer le ballon anti bélier de 5000 L par un ballon de 1 000 L

 

Elle irrigue 46 ha sur Cheval Blanc et Cavaillon grâce à 2,6 km de réseau en PVC de diamètre allant de 300 mm à 150 mm.

Depuis 2019, elle irrigue également un secteur pavillonaire, chemin de Cassouillet, au dessus du canal de l'union Luberon Sorgue Ventoux, grâce aux deux pompes de 28 L/s.

Quelques chiffres clés

1984

Année de mise en service

90 ha

Périmètre desservi

88 l/s

soit 2×40 l/s + 2×28 l/s

Capacité de la Station

Les Taillades

Commune desservie

Canal de l’Union LSV

Prise d’eau

Débitmètre électromagnétique

Appareil de mesure des volumes

1800 m3

Capacité du bassin

Cette station a été rénovée en 2016. Les travaux ont permis :

  • de créer un local technique plus grand
  • de remplacer l’armoire électrique
  • de créer le service dit de Bel Air, alimenté par deux pompes de 28 l/s à 115 m
  • de créer un local de stockage
  • de sécuriser le site par une clôture

Elle irrigue 60 ha sur les Taillades et Robion grâce à 16 km de réseau en PVC de diamètre allant de 300 mm à 90 mm par le service de Vidale et 30 ha par le service de Bel Air, sur la commune de Taillades.

Le réseau pression sur ce secteur fonctionne sur le principe du château d’eau. La station de pompage alimente un bassin de 1800 m3 sur les hauteurs des Taillades, 60 m plus haut. Le réseau est ensuite alimenté via ce bassin, la pression venant de la différence de hauteur entre le bassin et les bornes en contrebas. Ce réseau dessert essentiellement aujourd’hui un secteur urbain, sur la commune des Taillades et de Robion, au dessus du canal de l’Union, qui n’était pas à l’origine dans le périmètre.